Dernière mise à jour le 2 juin 2000,  Pour me contacter :           Exa d'interculturel le 6 juin 
Sociologie Partie II  Linguistique Sociologie Partie III   Didactique  Perrenoud  Adresser un commentaire  
Attention, document de plus de 15 pages, chargement peut être long..
Avertissement : ce texte est la transcription du cours tel qu'il a été compris par l'auteur.

Interculturel (second semestre du 21 mars à juin 2000)
 
      
       21.03.2000 Introduction aux migrations
       28.03.2000 Acculturation, les modèles théoriques
        Le modèle de Berry
        Le modèle de Bourhiss
        Le modèle de Minaura
        04.04.2000 Conférence de Marie Claire Tschopp, thèse de Hannah Arendt (très intéressant)
1) Qu'est-ce que le régime, le système totalitaire pour Hannah Arendt ?
2) Critère philosophique central d'Arendt, la superfluité humaine
3) Qu'est-ce que la banalité du mal ?
4) le renversement de la superfluité humaine et de la banalité du mal par Arendt (Le droit d'avoir des droits) 
5) #3Quel mode de connaissance et d'éthique implique un tel fait historique (solution finale)
         11.04.2000 Migration et santé  (assez bof..)
1) La santé de la population migrante
2) La santé des migrants
3) Problématique actuelles de ce chamo d'étude
25.04.2000
Thèse de Tania Ogay, on s'entend bien parce qu'on ne se comprend pas
Texte de Alleman Ghianda Education ert diversité culturelle.
02.05.2000
Approches interculturelles de l'éducation et éducation interculturelle
Schéma de Alleman Ghianda , Migrations et courants pédagogiques
Schéma de De Vreede, sociétés plurielles et formes d'éducation plurielles
          09.05.2000 l'éducation au Rwanda après les évènements de 1994
          16.05.2000 Intervention de Christiane Perregaud sur le bilinguisme   
          23.05.2000 Intervention de Charly Maurer, "fondation éducation et développement"           
30.05.2000 Journée de révision et questions
 
21.03.2000  #Haut de page
Introduction aux migrations
Définition
MEI (indoeuropéen) changer-échanger
AMEIBEN (grec)
MEARE (latin)
MIGRARE ; changer de résidence
EX-MIGRARE, émigrare, sortir de 
IN-MIGRARE, immigrare, passer dans
Primoarrivant :personnes premières à vivre le processus de migration
Types de migrations :
Internes ; environ 1.5 mia de personnes
Migrations internes    rurales->urbaines
Migrations internes    rurales->rurales
Migrations internes    urbaines->rurales
Migrations internes    urbaines->urbaines
 
Migrations internationales (basé sur le statut légal)
Résidents permanents
Travailleurs migrans temporaires
clandestins
Requérants d'asile
Réfugiés statutaires
Réfugiés de la violence
Définition du réfugié, selon la convention de Genève 1951
"Personne persécutée se trouvant hors de son pays et ne pouvant réclamer la protection de celui-ci"
Statut personnel
En 1998, 22 millions de réfugiés (30% Afrique, 40% Asie, 25% Europe, 5% Amérique)
 
Historique
Les migrations ont commencé il y a 100'000 ans lorsque les premiers hommes sont partis d'Afrique de l'Est. 
Immigration en Suisse, voir les 2 textes du polycopié
10 % des requérants d'asile obtiennent le statut de réfugié en Suisse.
Voir le modèle des 3 cercles.
En 1991 le conseil fédéral met sur pieds une politique qui définit qui peut obtenir un permis de travail.
premier cercle , CEE/AELE (si bilatérales signées)
second cercle, pays proches culturellement
troisième cercle, le reste du monde
Remplacé maintenant par un modèle de 2 cercles
1) EEE
2)Système de points en fonction de critères (langue, formation,.....)
 
Comparaison du nombre d'étrangers en Europe
Quels sont les critères qui signifient que l'on est étranger ? Ceux-ci sont différents d'un pays à l'autre.
L'étranger peut-il prendre facilement la nationalité du pays d'accueil ?
En Suisse 23 % d'étrangers sont nés en Suisse. (Si l'on considérait le droit du sol comme en France, ces derniers seraient suisses).
Si les étrangers obtenaient la nationalité suisse après 15 ans passés dans le pays, il n'y aurait plus     que 6.8 % d'étrangers en Suisse.
Comment devient-on Suisse  ?
Droit du sang / droit du sol
En Suisse, application du droit du sang, donc peu de naturalisations.
 
 
28.03.2000  #Haut de page
Acculturation
voir cadre théorique dans polycopié.
 
a) Cadre théorique de Berry  #Haut de page
Distingue ce qui relève du groupe et ce qui tient de l'individu
Distinction entre changement culturel (interne à une société)  et acculturation (relève du contact avec d'autres sociétés)
 

 

Conservation de l'identité culturelle

Conservation de l'identité culturelle

Relation avec d'autres groupes

OUI

NON

OUI

Intégrtation

Assimilation

NON

Séparation/ségrégation

Marginalisation

Acculturation peut-être difficile et aboutir à des troubles psychologiques et autres déviances. (abus d'alcool, marginalisation..)
 
Voir le modèle de Berry dans polycopiè.
 
Mobility    Volontariness in contact
Sedentary 1) Ethnic group    3) Native people
Migrant    2) Immigrants        4) Refugees
                sojourners (diplomats..)
 
Exemple de groupe ethnic :les ukrainiens vivant au Canada

Modèle de Bourhis  #Haut de page
Modèle construit sur celui de Berry
Modèle d'acculturation interactif
Orientations d'acculturation

 

Immigrants        Société d'accueil
Intégration         Intégration
Assimilation       Assimilation
Séparation        Segregation
Anomie             Exclusion
Marginalisation
Individualisme    Individualisme
 
Pour la société d'accueil

 

 

Acceptez vous que les immigrants conservent leur culture ?

Acceptez vous que les immigrants conservent leur culture ?

 

 

OUI

NON

Acceptez vous qu'ils adoptent votre culture ?

OUI

Intégration

Assimilation

Acceptez vous qu'ils adoptent votre culture ?

NON

Segregation

Exclusion/Individualisme

Interactions

 

Intégration

Assimilation

Segregation
Exclusion
Individualisme

Intégration

C

P

O

P

P

Assimilation

P

C

O

P

P

Segregation

O

O

O
O
O
Exclusion

O

O

O
O
O
Individualisme

P

P

P
P
C
C : Consensuel, P ; Problematique, O; cOnflictuel (fonctionne mal, groupes isolés)
 
Politique d'intégration
Idéologie pluraliste
Permet à chaque culture de conserver ses valeurs. (L'Etat offre la conservation de son culte ...)
Idéologie civique
Reconnaissance de l'Etat du droit des communautés à conserver leurs spécificités, mais l'Etat ne finance pas ces activités spécifiques.
Idéologie assimilationiste
L'Etat contraint les immigrants à adopter les valeurs dominantes.
Idéologie ethniste
Même chose que pour l'asimilationisme avec en plus l'Etat se donne le droit d'exclure certaines catégories. (cf droit de naturalisation)
 
Modèle de Minaura  #Haut de page
voir article dans polycopié
Trois dimensions observées
cognitif , savoir
Comportements, savoir être, savoir faire
affectif, résonnance émotionnelle
 
 
04.04.2000  #Haut de page
Conférence de Madame Marie-Claire Caloz Tschopp, philosophe
en relation avec une thèse sur Hannah Arendt
 
Je vous propose quelques références internet 
Hannah Arendt et le totalitarismeNote de lecture par Cédric ROSSIDécembre 1997
http://wwwassos.utc.fr/~plaider/calimero/19/totalitarisme.html
 
Marie-Claire Caloz-Tschopp: La politique des trois cercles, un enjeu de... civilisation
http://www.raben-net.ch/archiv/les3cerc.htm
 
La Relation entre Agir et Penser dans La Vie de l'Esprit de Hannah Arendt
http://www.hottopos.com/mirand6/la_relation_entre_agir_et_penser.htm
 
Hannah Arendt, La Condition de l'homme moderne~, Hannah Arendt, Marx et le problème du travail
http://perso.wanadoo.fr/denis.collin/Arendt.htm
 
 
Système totalitaire
Superfluité humaine et banalité du mal
 
1) Qu'est-ce que le régime, le système totalitaire pour Hannah Arendt ?
2) Critère philosophique central d'Arendt, la superfluité humaine
3) Qu'est-ce que la banalité du mal ?
4) le renversement de la superfluité humaine et de la banalité du mal par Arendt (Le droit d'avoir des droits) 
5) #3Quel mode de connaissance et d'éthique implique un tel fait historique (solution finale)
a) philosophie de l'avertisssement
b) une philosophie, une épistémologie de la connaissance avec un accent spécial sur la compréhension et le jugement
c) une philosophie d'hisotire évènbement
d) une philosophie de la politique
 
1) Qu'est ce que le régine, le système totalitaire pour Hannah Arendt ?  #Haut de page
2 types de régime
a) la démocratie libérale, nationale, sécuritaire (l'on se protège avec une police, une armée)
b) le totalitarisme néolibéral, qui obéit à la loi du marché sans limite.
 
La politique des 3 cercles a quelque chose à voir avec le totalitarisme; on jette une partie de l'humanité.
 
Totalitarisme :
Toute démarche de connaissance et d'action dans la formation devrait "comprendre/intégrer" un fait historique de portée universelle et dont la spécificité est "sans précédent".
 
Qui est Hannah Arendt
Juive allemande, 10905-1970, philosophe
Append la solution finale en 1943 aux USA et ne peut y croire.
Elle décide de comprendre ce qui s'est passé, ce qui débouche sur "Les origines du totalitarisme"
 
Qu'est-ce qu'un régime politique totalitaire ?
La thèse d'Arendt
Le totalitarisme est un nouveau régime politique san précédent.
Installé sur les ruines de la traditon, c'es tune déchirure historique.
"C'est un nouveau régime politqiue qui n'a jamais servi de fondement à un corps politqiue" Un principe qui détruit toute communauté humaine.
Les lois de la nature et de l'historie sont les mêmes.
La terreur cehrche à stabiliser les hommes en vue de libérer les forces de la nature ou de l'histoire.
Nature : loi du plus fort, le surhomme , implique la notion de races.
Le totalitarisme a ses origines dans deux courants; le darwinisme (la loi du plus fort, nazisme) et le marxisme (loi du progrès, stalinisme)
 
La domination n'est pa seuelement politique mais vise une transformation totale de la nature humaine. (nazisme) allant jusqu'à la non appartenance au monde.
L'hypothèse centrale du totalitarisme "Tout est possible" On peut éliminer tout ce qui gène la réalisation du totalitarisme.
On est passé du "tout est permis" au "tout est possible" grâce à l'organisation.
Le système totalitaire vise une domination totale qui agit aussi bien sur les actes que sur les pensées des hommes. Ce n'est plus simplement la domination des opposants mais aussi la transformation de l'homme afin qu'il adhère. L'humain devient superflu. Il n'y a plus de plac epour la mort. (plus de culte des morts)
Il y a rupture historique car les termes de la domination changent.
la banalité du mal est la forme de domination interne. (manque de pensée)
 
2) Critère philosophique central d'Arendt, la superfluité humaine  #Haut de page
Transformation visant la disparition de l'être humain, ce qui est appelé acosmie par Arendt.
3 niveaux ;
individu (soi-même)
système politique ( vivre ensemble)
cosmos
 
Qu'est-ce que la superfluité humaine ?
(cf page 197 d'organisation totalitaire)
Les précédents à l'expérience totalitaire
1920-30
Eclatement des empires (notamment Ottoman) et constitution des Etats nation.
Cela a impliqué la fabrication de populations flotantes, sans statuts , sans protection..
(aujourd'hui 6 millions de personnes en Europe)
 
Trois actes :
-tuer en l'homme la personne juridique (on retire ses droits d'homme, tel le travail, la propriété...)
-tuer en l'homme la personne morale (on soustrait les attitudes morales)
-tuer toute individualité . (l'être humain devient interchangeable)
 
3) Qu'est-ce que la banalité du mal ?  #Haut de page
Le manque de pensée.
Pas d'intention, pas de mobile (pas d'intérêt).
Le mal est banal, on ne le pense pas et il est extrème.
Organisation en oignon (chaque partie s'emboite sur l'autre, la responsabilité est délayée..)
 
4) Le renversement de la superfluité humaine et de la banalité du mal par Arendt.  #Haut de page
"Le droit d'avoir des droits"
 
Double mouvement du pouvoir, Domination totale et Action.
"Le sens de la politique est la liberté"
Avec la naissance (de l'être humain) il y a possibilité d'agir.
Arendt voit l'action possible, c'est à dire recommencer avec la naissance d'autres hommes...
Il n'y a pas chez Arendt de concept de progrès, mais de recommencement.
 
5) Quel mode de connaissance et d'éthique implique un tel fait historique  #Haut de page
Les choses les plus terribles n'arrivent pas comme cela. Elles se construisent. Il y a des étapes.
Remise en cause du progrès, on ne fait pas toujours mieux.
 
 
11.04.2000   Migration et santé #Haut de page
 
1) La santé des populations migrantes
(un sujet de préoccupation ancestral, le mouvement des personnes comme source de danger et de cure)
2) La santé des migrants
(Portrait de la situation européenne, santé physique et mentale)
3) Problématique actuelles de ce champ d'étude
(accès aux soins et prévention)
 
1) La santé des populations migrantes  #Haut de page
(un sujet de préoccupation ancestral, le mouvement des personnes comme source de danger et de cure)
 
Exemples historiques :
Les mercenaires suisse en campagne souffraient du "heimweh" (nostalgie du pays)
Au moyen âge, ce qui vient de l'extérieur est considéré comme potentiellement dangereux. (Les maladies sont transmises avec les migrants, exemple de la peste de Marseille ..)
Mais, les voyages forment aussi la jeunesse. En Angleterre au 18 ème, les médecins préconisent à certains de leur malades dépressifs de voyager.
 
Exemple des USA :
En 1648, quelques états américains émettent une première loi; les migrants doivent être capables de subvenir à leurs besoins. (doivent donc être en bonne santé).
1700; La responsabilité de l'acceptation des migrants est portée par les capitaines des bateaux.
1775; Les pauvres, les vagabonds et les fugitifs ne sont pas acceptés comme migrants
1835; Volonté de restreindre l'immigration. soupçon que les anglais envoient que des pauvres et des malades mentaux aux USA.
Vers 1880, attitude face aux émigrés change. Les émigrés ne sont plus les bienvenus.
En 1874, une enquête montre que les pays européens envoient les idiots et les lunatiques aux USA.
1882; "immigration act" Restrictions sur les émigrants (idiots, lunatiques, malades mentaux ne sont pas acceptés et peuvent être renvoyés.)
1904, la ville New York crée un conseil d'aliénistes (psychiatres) qui sont chargés d'évaluer les nouveaux émigrants lors de leur arrivée à Ellis Island. A cette époque 3 personnes sont en charge de l'évaluation de quelques 8000 émigrants qui arrivent chaque jour.
1921; des quotas sont établis.
 
Les noirs sont à l'époque considérés comme primitifs, primaires. (théorie bioraciste en cours à l'époque). L'envie de fuir des plantations est considéré comme une maladie mentale et porte même un nom. (la drapetomania).
Godart; Psychiatre, émet une théorie selon laquelle la débilité mentale est issue d'un gène. De ce fait il préconise que les malades mentaux ne se reproduisent pas et qu'il faut en limiter le nombre.
 
2) La santé des migrants  #Haut de page
(Portrait de la situation européenne, santé physique et mentale)
 
Les maladies les plus fréquentes chez les migrants; tuberculose et hépatite B. Maladies qui concernent surtout les communautés des migrants.
Problèmes de nutrition des enfants , en effet les mères de familles sont souvent séparées de leurs paires (mères, grand mères, soeurs) et n'ont plus accès à l'information et aux conseils de celles-ci. Le savoir n'est plus transmis aux mères.
De même, les migrants sont plus exposés aux accidents du travail; du fait qu'en général ils occupent les postes les plus exposés. De même les migrants sont plus sujets au PTSD (post traumatic stress disorder), ceci du fait des problèmes liés à la migration. (repères sociaux modifiés,...).Par exemple le syndrome "transalpin" des émigrés italiens en Suisse. Cela peut déboucher sur des problèmes de santé comme l'alcoolisme,..
 
Deux hypothèses pour expliquer la différence de santé mentale entre migrants et autochtones
a) Sélection
Certains troubles mentaux inciteraient à l'émigration. Les plus fous partent.
b) Le stress
La migration elle-même est un important facteur de stress.
Aujourd'hui ces deux hypothèses sont abandonnées.
Hypothèse actuelle
S'attache à montre la complexité du phénomène de la migration
 
3) Problématique actuelles de ce champ d'étude  #Haut de page
(accès aux soins et prévention)
a) l'accès aux soins
Problème de communication entre professionnels de la santé et patients migrants. Par exemple la langue constitue un problème, la connaissance de la culture...
b) Campagnes de préventions, comme par exemple pour le Sida. En Suisse, la campagne est traduite en 13 langues. Néanmoins cela n'est pas suffisant, aujourd'hui un projet migrant s'attache à travailler sur les représentations de la maladie afin d'ajuster les futures campagnes de prévention.

 

25.04.2000
A lire pour la semaine prochaine, le Texte de Alleman Ghianda Education ert diversité culturelle.
 
"On s'entend bien parce qu'on ne se comprend pas" voir article
Les relations entre suisses romand et suisses allemand, un modèle de communication interculturelle.
Thèse de Tania Ogay
 
Questions de recherche
1) Quel développments de la compétence inteculturelle pour que l'individu soit compétent dans la communication interculturelle.
Démarche centrée sur l'individu.
2) Quelle dynamique de la communication interculturelle ?
L'individu dans ses relations avec les autres.
3) Quelles expériences subjectives de l'interculturalité et de la différence ? Comment l'individu vit la différence ?
 
Position du chercheur : Membre de l'endogroupe examiné (suisses romands en suisse alémanique).
 
Quelques chiffres
la population helvétique compte
63,6 % de suisses allemands
19,2 % de suisses romands
7,6 % de suisses italiens
0,6 % de romanches
sss
Configuration classique entre groupes majoritaires et minoritaires.
 
Configuration hypothétique de la situation intergroupe entre romands et alémaniques.
Les romands ont une image posititve d'eux mêmes et négatives des alémaniques. Les alémaniques ont une image plutôt négative d'eux mêmes et positives des romands.
Autodévalorisation des suisses allemands. Le malaise suisse est le malaise suisse allemand.

Suisses romands Suisses allemands
Prestige du français Prestige du français (langue noble)
Abandon du patois Rejet de l'allemand
Prestige du dialecte suisse allemand
 
Le français adopté comme langue de communication entre suisses romands et suisses allemand, ce qui est inverse au shéma classique.
 
Différence entre langue et dialecte :
Une langue est un dialecte qui s'est imposé comme standard.
 
La conception de la différence culturelle au coeur de la dynamique interculturelle.
Modèle de la compétence interculturelle :
ssss
Le discours "Interculturally correct"   
Oui à la diversité , non à la différence
Comment avoir un apprentissage interculturel si on décide qu'il n'y a pas de différence ? La stratégie 1 ne permet pas d'apprentissage interculturel.
Comment introduire la notion de différence culturelle ?
 
Pas de société interculturelle sans communication
Pas de communication sans reconnaissance de la différence.
 
Fédéralisme = respect de la diversité mais isolement plus que débat. (chacun peut faire ce qu'il veut, les cantons sont autonomes..)
Neutralisation de la différence => manque de communication
Pas de société interculturelle sans communication
Pas de communication sans reconnaissance de la différence.
 
La communication interculturelle se construit sur la négociation des différences.
 
Les contradictions du discours social sur la différence.
Abandon de la représentation classique de la relation interculturelle.
 
Penser une nouvelle articulation entre l'individu et le collectif.

 

02.05.2000Haut de page
Roxane, n'hésites pas à me faire part de tes compléments, car je ne sais pas si j'ai tout saisi, merci..
 
Qu'est-ce que l'éducation interculturelle ?
La pédagogie interculturelle ?
 
Référence au livre :
Curriculum pour une formation des enseignants à la pluralité culturelle et linguistique.
sbkf.csre@email.ch pour commander le livre (CHF 11,--)
 
Différence entre "approches interuculturelles de l'éducation" et "éducation interculturelle"
La première donne des bases théoriques (anthropologique, psychologique, sciences de l'éducaiton..)
L'éducation y est prises qau sens large (dépasse la scolarisation). Ce sont les bases nécesssaires pour parler/travailler sur l'éducation interculturelle.
 
Différence entre éducation et pédagogie interculturelle.
Education culturelle :
On se préoccupe aussi de l'école. Quelles sont les politiques et les structures de l'institution éducative qui favorise ou empêche la prise en compte de la diversité culturelle.
Pédagogie culturelle :
Plus proche de la gestion d'une classe.
 
Quel est le rôle de l'école et de la société ?
Rôle de reproduction des classes sociales de la société ? Si c'est le cas l'éducation culturelle sera limitée.
L'éducation culturelle est liée à la démocratisation des études (accès égalitaire). Pour qu'il y ait réussite égalitaire il soit y avoir une discrimination positive. (Donner des chances de réussir à tous).
 
Evolution des idées concernant la migration et courants pédagogiques correspondants
Voir l'article d'Alleman Ghianda dans le pollycop (p237). le tableau est en 4 parties au lieu de 3 (l'une des colones correspondant à la critique du modèle de pédagogie interculturelle.)
 
Assimilation
Ethnicité
Diversité
Culture des migrants/minorités pas prises en considération.
Culture des migrants/minorités prises en considération.
Différence culturelle comme thème.
-culturelle
-linguistique
-sociale
-genres (sexuelle)
..
Universalisme
Relativisme culturel
Dans la société
Ausslanderpedagogik
Pedagogie interculturelle
-orientations rencontres
-orientations conflits
Education pour une ouverture à la diversité.
 
Dès les années 70, la diversité culturelle n'est plus considérée comme un handycap mais une richesse. Valorisation de la différence. On passe de l'assimilation à l'intégration.
Deux orientations dans la pédagogie interculturelle :
-rencontres : étude de la langue, des contes, histoires, repas du monde.....
-conflits : problèmes de communication,... traités en classe
 
Pédagogie couscous (critique de la pédagogie interculturelle)
1 ère critique
On se réunit autour d'un repas , cela ne fait pas de mal mais cela ne fait pas de bien. C'est même totalement inutile si le reste du programme ne reflète pas cet esprit. C'est en général trop marginal. (une semaine culturelle par année !, plages interculturelles mises dans les moments récréatifs et non inclus dans les programmes...)
Seconde critique
Cette pédagogie ne tient pas compte de la réalité sociale. Tout le monde il est beau. Il suffit de témoigner du respect à l'autre. On risque d'oublier qu 'il y a des calsses sociales.
Troisième critique
La pédagogie interculturelle ne doit pas nier les problèmes sociopolitiques. Exemple de la GB qui partique des pédagogies ouvertement anti racistes.
 
Face aux critiques de la pédagogie interculturelle on évolue vers le trosième paradiogme (Diversité).
Cela inclut le fait qu'il y a beaucoup.. Pas seulement le culturel, mais le languistique, le social, le genre.. (Reprise en compte des différence sociales..)
 
La pédagogie interculturelle devrait disparaitre au profit d'une pédagogie générale le respect de la diversité.
 
En relation avec le modèle de Berry, le schéma de DE VREEDE   Haut de page
Pluralité
Equité
Politique vis à vis de la minorité ethnique
Type de société plurielle
NON
NON
Répudiation
Oppressive
OUI
NON
Ségrégation
Discriminatoire
NON
OUI
Assimilation
Incroporative
OUI
OUI
Intégration
Pluraliste
 
 
 
4 formes d'éducation plurielle
 
Groupe cible
Objectif
Remediable
Objectif
Facilitant
Minorité ethnique
(élèves étrangers)
Programme d'introduction
Assimilationisme
Programme ethnique
Pédagogie interculturelle (tendance couscous)
Société entière
(tous les élèves)
Programme pour résoudre des problèmes sociaux.
Par exemple programme anti-raciste
Réforme d'éducation
Ou éduction pour la diversité
 
Définitions
Remédiable : Remédie aux différences et problèmes
Facilitant : Rendre possible des processus ou situations désirables.
 
Formes d'éducation plurielle relatés aux types de sociétés plurielles.
 
 
Types de
sociétés
plurielles
 
Formes d'éducation plurielles
Oppressive
Discriminatoire
Incorporative
IntegrationistE
IProgramme d'Introduction
IO
ID
II
IE
Programme Ethnique
EO
ED
EI
EE
Résoudre des problèmes Sociaux
SO
SD
SI
SE
Réforme d'éducation
RO
RD
RI
RE
 
 
Schéma d'Alleman Ghianda
Essai de réunir en 4 points les objectifs de l'éducation à la diversité.
I
Valorisation subjective et objective de l'identité et de la position des élèves aux bagages socioculturels et linguistiques différents.
(Dire que l'élève arrive avec des compétences qui ne sont pewut être pas valorisées dans notre classe; comment faire pour diagnostiquer ces connaissances , pour pouvoir parti de là ?)
II
Choix des critères du curriculum impliquant une pluralité des cultures et le respect de leurs points de vue.
III
Formation de compétences communicatives orientées sur des situations concrètes.
IV
Acceptation de la pluralité socioculturelle, religieuse et linguistique comme défi pour la démocratie.
Haut de page
Education au Rwanda  (intervention très moyenne, aucune question de fond soulevée )
09.05.2000
Haut de page
Contrôle de connaissances le 6 juin (Pas de question par rapport au livre)
révision le 30 mai
Rattrapage le 27 juin 10-12h
 
 
Présentation par deux doctorants ruandais.
Rôle de l'école au Rwanda
 
Quelques infos sur le Rwanda (hors cours)
Bref historique
Indépendance du Rwanda en 1962. Les premiers réfugiés rwandais quittent le pays pendant cette époque de troubles entre 1959 et 1962.
Dès le 1.10.1990 des Rwandais, exilés en Ouganda depuis des années, envahissent le nord-est du Rwanda. Ils sont regroupés au sein du FPR. Les accords d'Arusha, signés entre le FPR et le gouvernement en août 1993 doivent mettre fin à la guerre civile et mettre sur pied un gouvernement intermédiaire à base élargie. Le 6.4.94, le président Habyarimana et son homologue burundais Ntaryamira sont tués dans quand leur avion est abattu, au retour d'un sommet sur la région, tenu à Dar El Salam. Cet assassinat déclenche un génocide planifié, tant de l'opposition hutu que des populations tutsi par des milices de l'ex-parti unique. La communauté internationale quitte le pays tandis que la guerre civile et le génocide se généralise à l'ensemble du territoire, faisant plus de 500'000 morts et plus de deux millions de réfugiés. En juillet 94, le FPR remporte la victoire et constitue, un gouvernement d'union nationale.
 
Situation géographique
Enclave au centre de l'Afrique, le Rwanda est entouré à l'ouest par la République démocratique du Congo, au nord par l'Ouganda, à l'est par la Tanzanie et au sud par le Burundi. Superficie : 28'338 km2 (même taille que la Belgique).
Relief très accidenté où se succèdent collines et plaines ainsi que de nombreux lacs. A l'ouest, le lac Kivu et au nord, une chaîne de volcans (Virunga. La capitale, Kigali, est située au centre du pays.
 
Population
Avant les massacres, la pop. rwandaise était estimée à 7'584'000 hab. (1993) et composée de 85 % de la communauté Hutus, 14 % de la communautéTutsis et 1 % de la communauté Twas. Plus de 90 % des habitants sont des agriculteurs. Aujourd'hui, le PNUD et le gouvernement rwandais estiment la population a 7.6 millions (avril 97)
 
Religion
Catholiques (65 %), protestants (9%), musulmane et croyances animistes et autres (25 % env.)
 
Langues
Les langues officielles sont le Kinyarwanda, le français et l'anglais.
 
Faits et chiffres : le CICR au Rwanda
Situation générale (disponbile sous http://www.gva.icrc.org/)
Le Rwanda souffre aujourd'hui encore des séquelles du génocide et des massacres de 1994, qui auraient fait, selon différentes estimations, entre 800 000 et un million de morts. Depuis lors, des efforts persistants sont déployés en vue de reconstruire les infrastructures du pays, réduites à néant pendant les événements. Sur le plan de la sécurité, la situation reste précaire dans certaines régions.
L'un des principaux problèmes du pays demeure le nombre élevé de personnes incarcérées. Depuis 1994, diverses mesures visent à remettre sur pied le système judiciaire et à reconstruire l'infrastructure pénitentiaire du pays qui s'est désintégrée. Une remise en état complète des prisons est aujourd'hui nécessaire.
Sur le plan économique, la dépendance du pays vis-à-vis de l'agriculture a entraîné le Rwanda sur la voie de la surexploitation des terres et l'érosion du sol contribue à la dégradation du milieu naturel. La population toujours plus nombreuse, et dont l'agriculture reste le principal moyen de subsistance,
dispose donc de moins en moins de terres.
Reprise du cours
 
C'est la famille qui fait l'éducation de l'enfant au Rwanda. Tout adulte a une influence sur l'enfant et est habilité à l'exercer, même les adultes qui n'appartiennent pas à la famille de l'enfant.
L'église joue également un rôle important dans l'éducation au Rwanda. (65 % de catholique)
En 1958 90 % des écoles sont gérées par l'église.
 
Après l'indépendance du pays en 1962, l'enseignement devient officiel, ouverture de l'université en 1963. La langue d'enseignement est le français.
 
Réforme scolaire en 1968.
Afin de permettre à chaque élève de compléter sa scolarité, le cycle primaire passe de 6 à 8 ans. Seuls 5 % des élèves ont accès au cycle secondaire qui est ramené de 7 à 6 ans
 
avant 1978 primaire : 3 ans + 3 ans , secondaire 3 ans (orientation) + 4 ans (humanité)
après 1978 primaire : 3 ans + 3 ans + 2 ans , secondaire 6 ans
 
l'accès au niveau secondaire est conditionné par les politiques d'équilibre ethniques, religieux, de régions.
 
En 1994 génocide
l'école rouvre en 1995.
L'enseignement de l'histoire est revu car considéré comme discriminatoire.
"les manuels d'histoire et d'instruction civique s'efforçaient de justifier une politique discriminatoire. On a mis en place un système de propagande et d'incitation à la haine ethnique"
 
L'enseignement de l'histoire du Rwanda fait l'objet d'une réflexion entamée en 1995 et qui à ce jour n'a pas abouti. Toujours pas de manuel et donc pas d'enseignement de l'histoire du Rwanda dans les écoles du Rwanda.
 
L'une des question discutée par la thèse du premier orateur porte sur :
Les manuels d'histoire ont-ils fait l'objet d'un débat dans le pays après que celui-ci ait traversé un conflit ? (Afrique du Sud, Israël, Nicaragua, Irlande, France....)
 
Le second orateur présente sa thèse
"Les répercussions de la guerre et de l'exil sur l'identité des jeunes Rwandais en France et en Suisse"
 
1 Contexte sociopolitique
2. Questions principales de la recherche
3. Définition de quelques concepts
4. Conclusion
 
1 Contexte sociopolitique
Voir plus haut
2 millions de réfugiés, principalement en République démocratique du Congo et en Tanzanie.
 
2. Questions principales de la recherche
-Les problèmes psychologiques
PTSD (post traumatic stress disorder)
-Dévalorisation de l'image de soi
-Résilience (capacité à résister aux traumatismes de la guerre et de l'exil)
"La résilience : La résistance à la destruction , c'est à dire la capacité d'un individu à protéger son intégrité lorsqu'il est soumis à de fortes pressions et au delà de la simple résistance, la capacité à construire une vie riche en dépit de circonstances difficiles"
ressources personnelles et sociales, rôle du pays d'accueil.
 
Méthodologie :
Interviews d'un échantillon de 40 jeunes.
Utilisation de l'échelle de Rosenberg pour l'estime de soi.
 
3. Définition de quelques concepts
Conceptualisation de l'identité.
Identité personnelle, sociale
 
problèmes psychologiques
-Traumatismes de la guerre, dépression, avenir bouché et flou
- Sentiment de culpabilité
-Manque de motivation , de concentration . (impact sur l'activité scolaire ou professionnelle)
(Cette dernière remarque interroge l'enseignant qui fait face à un élève venant d'un contexte conflictuel)
-Evitement de certaines pensées
-Sentiment de métamorphose identitaire. (j'ai changé à cause de la guerre)
-Dévalorisation de l'image de soi. (réfugié,...rwandais..)
-Stratégies identitaires contre la dévalorisation
se taire, se faire passer pour un autochtone.
Représentation de l'école (= un moyen de réussir, de s'en sortir)
 
"L'exil est aussi un orphelinat. l'arrachement peut cicatriser quand la culture d'accueil soutient les blessés. Pour leurs enfants, l'école et le travail deviennent les lieux de bonheur qui réparent la blessure des parents."
Boris Cyrulnik
 
 
16.05.2000  
Haut de page
 
Intervenante : Christine Perregaud, thèse sur le bilinguisme, enseignante à la FAPSE "Diversités culturelles et linguistiques"
 
Les enfants et leur construction identitaire
1. L'hypothèse du musée partenaire ou de l'objet médiateur
2. L'hypothèse du système éducatif
3. L'hypothèse de la langue
 
1. L'hypothèse du musée partenaire ou de l'objet médiateur
L'objet et la construction identitaire
Mots clés : ouverture, ménoires, reconnaissances, construction identitaire
 
Pour beaucoup de jeunes la question qui se pose est leur iscription dans l'histoire .
Déficit de la mémoire de leur histoire. histoire qui importe pour être en perspective ou en projet.
Boite à malice, les objets et les questions qui s'y rapportent.
 
1. L’hypothèse du musée partenaire ou de l’objet médiateur
Musée Rath, musée d’ethnographie
Hypothèse d’un partenariat entre musée et système éducatif.
Mots clés : ouverture, mémoires, reconnaissances, constructions identitaires.
Objets du musée = mémoire du monde (mémoire de domination)
objets d’aillerus et d’ici.
=>mondes lointains, m ondes proches (dans une société pluriculturelle). le proche et le lointain est é géométrie variable.
Objets témoins, objets nécessaires, objets vivants, le coffre à malice.
Reconnaissance d’identités, construction de mémoires spécifiques et communes.
Dans les classes = éveil au langage ou ouverture aux langues
Chants dans d’autres langues =>activités physiques, reconnaissance des enfants du lieu de la langue.
 
Dans musée , univers de l’objet de différentes provenances = reconnaissance multiples par rapport à une composante identitaire. Importance de l’inscription d’une historie des jeunes dans unse société pluriculturelle. Difficulté de se situer dans cette histoire qui importe pour pouvoir être en perspective et en projet.
 
Enseignante française demande à des jeuns de banlieue si ils connaissent l’historie du lieu ou ils habitent = non et pas non plus deleur histoire du lieu de provenance.
Dasn un musle, la mémoire est restituée, lieu de mémoire qui permet de parler de son histoire, de l’histoire de l’autre.la mémoire permet de renouer les fils de leur identité et du lieu dans lequel ils font partie, de façon collective.
 
A Genève, on est en grand déficit, il faut rqaconter l’histoire des filles et des garçons qui l’on construite, y ont participé, qui ne sont pas toujours dans les manuels.
Le coffre à malice = boite remplie d’objets de différents lieux qui circulent dans les classes. Les enfants peuvent se raconter autour de ces objets, les spécificités de ce qui est commun => aller au musée et voir les objets d’une autre manière car on les a déjà vus et touchés à l’école. On est dans la complicité de la proximité et de l’éloignement => les enfants sont restés dans leur jardin d’enfant ou école et ont construit leur propre boite à malice qui ont été exposées au musée d’etnographie=> donne une légitmité aux objets : va et vient de l’ici et de l’ailleurs => espaces qui se créent pour l’ouverture et la reconnaissance identitaire, culturelle.
Nécessité aujourd’hui de s’intéresser au pluralisme dans l’école, les crèches, les systèmes éducatifs.
Avant , connaitre et parler une autre langue était considéré comme un handycap et il n’y a pas encore une prise de conscience globale des enseignants que d’arriver avec un bagage linguistique peut être favorable.
 
Il y a des raisons affectives. Les langues sont des moyens de communication, de rapports sociaux dans lesquels l’enfant a été enculturé, socialisé. Si l’on veut acceuillir l’enfnat dans un lieu éducatif, on ne peut pas le faire en laissant de coté une partie de son identité.
Amin Maalouf «Les identités meurtries» Grasset 1998.
Traite des constructions, bricolages identitaires, langagiers
 
La langue est une des composante identitaire importante et pas seulement un élément parmi tant d’autres. La langue est une appartenance extrèmement forte.
Besoins chez chacun d’avoir une ou péusieurs langues identitaires. Seul compte le sentiment d’appartenance qu’on peut avoir à cette langue.
Envie de passser à nos enfants notre langue d’origine même si on ne la parle pas aussi bien que le français. Indispensable que tout homme puisse se servir de sa langue identitaire, la vivre, la parler , mais pas toujours facile à mettre n eoeuvre, pas nonplus dans les systèmes éducatifs.
 
Toutes les langues ne sont pas nées égales , pas égalité de représentation. Maalouf dit qu’elles sont toutes égales en respect et en identité. (et en potentialités éducatives.)
A l’école, certains enfants sont vite à l’aise dans un espace pllurilingue, d’autres moins => souvent ceux qui n’arrivent pèas à se situer dans une reconnaissance linguistique (milieux sociaux culturels défavorisés)
 
Raisons affectives, sociales => ouverture au pluralisme, Le plurilinguisme permet aussi d’élargir les liens sociaux => expressions de plusieurs lieux , groupes, appartenances. Intérêt de développer dans une classe une socialisation plurilingue. (par exemple lieu avec livres en différentes langues => intérêts pour des activités et un environnement connu des enfants pour une ouverture au plurilinguisme et à la famille => socialisation.
=> Tous les élèves vont être en situation de découverte de la richesse des langues des copains.
Tous les élèves devraient avoir une éducation plurilingue et pluriculturelle qu’on peut se mettre à construire dès le plus jeune âge, qu’ils soient monolingues, bilingues, d’ici ou d’ailleurs .
=> construction d’une société qui se reconnait plulrielle.
 
Raisons cognitives, de s’intéresser au plurilinguisme.
Le bilinguisme se développe des habiletés précoces = habiletés métalinguistiques = processus de décentration = pour un signifiant on peut avoir plusieurs signifiés.
Il ne faut pas que les langues soient en concurence, doit pouvoir les vivre sans conflits.
Travail sur tout ce qui est semblalble et différent d’une langue à l’autre => réfléchir sur ces langues, travailler sur des analyses, comparaisons, ce qui les réunit, les éloigne..
 
Pari que les différents statuts sur ces langues disparaissent => plus unelangue plus importante que l’autre.
=> un savoir partagé se met en place (en français) permet au plurilinguisme dews élèves de se manifester à certains moments => reconnaissance d’une des composantes identitaires des élèves.
Ce qui n’est pas égal à l’apprentissage des langues.
Les objectifs de ces approches = orientation sociales, d’ouverture de reconnaissance des langues, d’éducation plurilingue. Reconnaissance des langues des autres, leur laisser de l’espace => laisser un espace à ceux qui sont porteurs des autres langues.
 
Eveil au langage
Stimule le travail de réflexion sur l’objet , sur l’usage , la construction et le fonctionnement du langage ou de langues diverses.
et
ouverture aux langues
Développer chez les élèves un respect et une décentration linguisitque indispensables dans un contexte social de plus en plus multilingue.
 
Il n’est pas nécessaire pour un enseignant d’être plurilingue, mais de reconnaitre que d’autres langues existgent (décentration). Mais important que tous les enseignats puissent se situer dans ce monde plurilingue => développer l’envie d’apprendre des langues chez les enfants et les enseingants.
Souvent beaucoup d’idées reçues chez les enseignants sur les langues étrangères, le bilinguisme (handicap ou richesse) le bilinguisme français-anglais est-il équivalent à celui français-albanais ?
Souvent intérêt pour les langues exotiques peu entendues ici, souvent éloignement vis à vis de l’allemand et du suisse allemand.
 
Importance de pouvoir ouvrir des espaces qui ne soient pas dangereux pour les uns et les autres, à travers des livres, des chants, des comptines, histoires => les élèves perdent la liberté de se dire ou ne pas se dire , pas obligés de s’exprimer dans leur langue, il faut que ces espaces s’ouvrent assez souvent => situation sécurisante pour oser s’exprimer, le vouloir.
souvent les parents s’ouvrent aussi à ces activités.
 
-Aspect d’accueil, l’organiser, donner un sene dans l’apprentissage
-Aspect de structuration = travail avec les élèves sur l’activité
-Aspect de légitimité = lieu restreint de légitimité pour une langue non présente à l’école (famille)
L’institutionalisation donne un autre statut à la langue. Une légitimation.
Constructions identitaires sur les hypothèses 1 et 3,
Dans tous ce bricolage de constructions identitaire, importance de la reconnaissance, indispensable pour chacun de nous. En tant qu’éducateur, qu’enseignant, on ne pas passer à coté de cette question, comment peut-on travailler à une société ou chacun sente qu’il a une place , la reconnaissance qui lui est attribuée, puisse se décentrer ?
Au delà du vivre ensemble => faire ensemble
Il ne suffit aps s’ouvrir un espace plurilingue, il faut qu’il prenne sens, en faire quelque chose, structuration.
 
23.05.2000         Prochaine session, le  30 mai Révision  Haut de page
 
Intervention Charly Maurer  
Fondation Education et développement
 
Objectif :
-Connaître le matériel interculturel
-Critères d'analyse de ce matériel
-Faire les liens avec les thèmes évoquées pendant le cours d'interculturel
 
Activités de la fondation
Matériel pédagogique, conseils et formation
 
"le capitalisme est une force qui va, mais qui ne sait pas où elle va" L. Jospin
 
"Les discussions qui s'ouvrent à Seattle vont très au delà de simples négociations commerciales, c'est le passage à une autre société où tout serait marchandise et tout serait à acheter"
 
"Le seul vrai défi aujourd'hui , c'est d'arriver pour la première fois à vivre tous ensemble dans le respect de soi-même , des autres et de l'environnement"
Prix Nobel de la paix.
 
"Préparer les jeune à comprendre et transformer le monde dans lequel ils vivent n'est-ce pas l'essence même de la culture générale ? Pourquoi la culture deviendrait-elle moins générale lorsque la formation ne passe pas seulement par la familiarisation avec les oeuvres classiques" P. Perrenoud.
 
Objectifs de la fondation
-Acquérir des connaissances, établir des relations pertinentes,
-Développer des compétences qui permettront de jouer un rôle actif dans une société contrainte au développement durable.
-Développer des attitudes qui reposent sur des valeurs personnelles, communautaires et de solidarité.
 
Thèmes de travail
-Education interculturelle
-Travail des enfants
-Développement durable
-Relation nord sud
-Migrations
...
 
Les 4 piliers de l'éducation de l'UNESCO
Apprendre à connaître
apprendre à faire
apprendre à être
apprendre à vivre ensemble
 
 
30.05.2000 Journée questions  Haut de page
20.06.2000 résultats de l’exa
27.06.2000 rattrapage si nécessaire !
L’examen
3 questions proposées
Réponses à 2 question sur 1 page chacune.
Connaissance des concepts de base de l’ensemble de l’année
Ex. enculturation.
 
La mue culturelle de Berry
C’est la distance culturelle
"On ne peut assimiler les personnes aux cultures qui sont proches de nous"
Plus grande est la distance plus il y a incompatibilité
Risque de dérive de ce type de raisonnement , une certaine justification du modèle des 3 cercles.
Autres approches
Risque et chance de la migration : donner les moyens d’intégration au migrant bioen qu’il soit vrai que le pas est plus grand lorsqu’il y a plus grande distance culturelle.
 
Adaptation
Acculturation, processus au nivau de l’ensemble d’un groupe social.
Sur le plan des individus on parle d’acculturation psychologique = adaptation.
Les différentes formes d’acculturation ; intégration, assimilation, ségrégation,...
 
Modéles de Berry et Bourhis
Bourhis propose un processus de plus.
Développe davantage les 4 idéologies qui caractérisent la société d’accueil. De l’idéologie d’ouverture a celle de fermeture (d’exclusion)
Exemple du Canada de Berry
Le gouvernement du Canada développe une politique d’intégration ou l’argent de l’Etat est utilisé en faveur de groupes ethniques. (exemple de financement d’un journal ukrainien..)
Le multiculturalisme.
Dans d’autres idéologies c’est à la vie privée de financer , il n’y a pas d’intervention de l’Etat.
La Suisse avec la nouvelle loi de 1998 fait un petit pas . Le gouvernement se donne les moyens d’aider à intégrer. Au déaprt 15 mio puis malheureusement réduit à 5 mio.
Berry distingue la politique de l’Etat et l’opinion individuelle.
Distinction entre idéologie politique et idéologie personnelle.
 
Concept de l’Etat nation
Concept qui assimile un même gouvernement, une même langue , un même territoire...
La Suisse n’est pas un Etat nation car construit sur une base fédérative.
Définition claire entre qui est citoyen et qui ne l’est pas. Ceux qui n’ont pas la citoyenneté n’ont pas de droits. Les sans droits.
Phénomène récent qui revient à fixer des frontières d’un pays qui regroupe une même culture, langue ..= homogénéité.
Idée imposée lors de la période coloniale sur les autres continent de manière arbitraire.
(Exemple de l’Afrique, une fois l’Etat créé comme la Cote d’Ivoire, l’Etat va nier les différences culturelles..)
Etat nation a un système politique qui nie les différences culturelles qui vise l’homogénéisation.
Les pays devraient accepter une certaine diversité culturelle à l’intérieur de ses frontières.
Différence entre identité nationale et identité ethnique.
Définition de psychologie sociale
Branceh de la psychologie qui s’et créée pour prende en considération les interactions de l’individu avec un autre, ou avec un groupe , ou d’un gorupe d’individus avec un autre groupe d’individus.
Psychologie sociale des relations intergroupes.
La psychologie interculturelle fait partie de la psychologie sociale pour ces derniers et vice versa.
La catégorisation sociale est le processus par lequel on construit ces catégories. Différence entre catégorie sociale et culturelle.
La psychologie sociale intergroupe est fortement influencée par l’occident.
 
Acculturation
Terme anglophone
Traduit par certains par Interculturation
Acculturation utiloisé pour l’ensemble d’un groupe.
Stratégies identitaires et d’acculturation.
Processud d’acculturation.
Modèle des 3 cercles
Date de 1991
Définit les zones d’ou les migrants viennent.
En 1998 remplacé par le modèle des 2 cercles. Système à point.
Le modèle des 3 cercles fortement critiqué (raciste) finalement abandonné au profit de l’UE qui l’a repris.
Catégorisation sociale des pays par la Suise . Traitement des individus selon leurs appartenance.

Fin du cours 

 
 
Haut de page